Festival Beauregard (Live Report)

Par un soleil lumineux alors que l’été ne faisait que commencer, je n’avais qu’une seule envie, celle de me laisser aller et de respirer, de m’évader et surtout d’écouter…

Mais avant cela, il fallait à tout pris que je quitte ces putains de bouchons de l’A13 menant à Caen. Plus précisément à Hérouville Saint-Clair. Une bourgade bien chaleureuse et conviviale tant dans la sympathie de ses habitants que dans la fraîcheur de ses festivaliers.

Et oui, le 5, 6 et 7 juillet se déroulait la 5ème édition du Festival Beauregard. Une programmation assez éclectique, estivale et de bonne augure puisque le soleil et la brise était de la partie.

Je commence avec une mauvaise nouvelle, puisque je n’ai pas pu assister à l’ouverture du festival (vendredi soir) puisque moi aussi j’ai du travail même si au premier abord, on dirait pas. Au final, je n’ai loupée que The Vaccines, New Order, Alt-J, M et Wax Tailor… Je regrettera bien plus tard de n’avoir pas vu The Vaccines mais ça c’est une autre histoire… Pour le reste des groupes, je n’ai rien loupée. New Order, non, non, rien à changer. Alt-J, j’aurai l’occasion de les voir au Cabaret Vert (post à venir). -M-, vraiment non merci. Et Wax Tailor, déjà vu 3 fois cette année en festival et ça reste correct comme live.

Bref, j’arrive le samedi début d’après-midi pour l’ouverture du deuxième jour. Je commence bien ma journée, puisque je loupe l’interview de Rover d’une minute et 30 secondes environ. Ca fait plaisir. Bon plus qu’à tester la buvette. Et là stupéfaction ! Le prix de la bière et de cette Desperados Lime (qui me rendra folle à la fin de cette journée) est hallucinant. Un mauvais point pour le festival. La bouffe nickel, pas trop chère et bonne. Mais la boisson, trop chère pour un festival de cette envergure (seulement deux scènes).

Enfin, passons aux concerts voulez-vous ? Fin de Gablé, pas vraiment eu le temps d’écouter donc reste à découvrir sur galette. Rover, le live, bien sympa. Manque d’énergie (connaissant le chanteur qui a fait du puk dans sa jeunesse). Mais enivrant, se rapproche beaucoup au musique de film. Oxmo Puccino, une bonne claque dans ma gueule. Moi qui pensais que ce monsieur aller nous faire du rap français sauce « si si la famille » et bien non. Du rap raffiné, old school avec une pointe de soul. Parfait !

The Maccabees et Jake Bugg, chiant à mourir. Encore The Maccabees j’aime bien leur album, c’est frais, c’est gentil, ça sent la fleur tout ça mais Jake Bugg... Mon Dieu, laissez le rentrer chez lui. Et pourtant TOUT le monde me dit que c’est le nouveau Dylan. Laissez Dylan rentrer chez lui aussi merde ! Non, non et non, la voix canard qui débouche les chiottes, la dernière fois c’était dans les années 2000 avec Britney. On sait ce qu’elle est devenu entre temps. Alors pour le bien de tous, laissez le rentrer chez lui pour qu’il devienne avocat, écrivain, poète maudit ou garagiste mais pas chanteur. S’il vous plait ?

The Lumineers. Du mal à démarrer car la folk en live, c’est pas du tout cuit. Mais un bon jeu avec le public et vers la fin, une session en plein dans la fosse pour le plus grand bonheur de mes yeux et du public. Bloc Party, mes chouchous depuis plus de 8 ans. Et bien j’étais étonnée que le batteur ai changé de sexe. Non je déconne ! Sarah Jones (batteur chez Hot Chip) remplacera Matt Tong pour la tournée 2013. Un peu déçue du live. Bon parce que j’ai pas eu ma chanson Sunday, mais ça manquait de jeu avec le public et de motivation. Ils ont joués, dit merci et se sont barrés. Mouais…

Bat For Lashes, une voix magnifique mais à la longue c’est chiant. En plus la mettre à 23h, mauvaise idée. il y avait plus de personne allongé sur l’herbe que debout dans la fosse. The Smashing Pumpkins. Comment dire. A part les chansons mondialement connus, le reste était un peu lourd et trop psyché pour moi. Pourtant c’était la tête d’affiche du festival. Mais bon, je me suis plus amusée dans la fosse avec The Lumineers et Oxmo Puccino qu’avec eux. Miles Kane, la deuxième claque. Enfin de la musique qui fait bouger. Du bon vieux rock comme on les aime. On sent l’influence Arctic Monkeys et The Last Puppets Shadow. Merci Miles Kane pour avoir remonter le niveau ! Et on termine avec Vitalic. Alors, je ne l’ai pas vu pendant ce festival mais il fait partie de la même catégorie que Wax Tailor. Cette année, je l’ai vu deux fois. Mais ça balance bien, de l’electro pure et pour finir la soirée, y’a pas mieux.

On finit ce post avec le dernier jour du festival.

Fakear. Une ouverture comme aime les festivals. Classe, simple et efficace. Juveniles, je ne connaissais pas et bien je suis désormais une adepte de leur musique. Ca sent l’été, c’est frais comme la lessive à la lavande. A écouter, s’il vous plait. Balthazar, je les attendais en live puisque leur album était « cool ». Et bien, grosse déception. Comme Bloc Party. J’ai tellement attendu leur live, qu’au final, je ne peux qu’être déçue.

Olivia Ruiz. J’entend ma mère me dire : « Tu vois, je te l’avais dit ». Je n’aime pas ce qu’elle fait. C’est chiant, ça pue le sapin, de la variété française insupportable. Et bien en live, j’ai adorée. Un bon jeu avec le public, de l’énergie à en revendre, de la bonne musique (et oui, vous avez bien lu). J’ai été bluffée. Merci Olivia de m’avoir fait aimée la variété française. Non je déconne !

Benjamin Biolay. Ah ah ah. Mon kebab était délicieux, vraiment. Avec ses oignons et ses tomates, un petit délice. Sinon il passait pas mal de pub sur les écrans. J’essaye de passer le temps pendant que mister désinvolture finisse de mourir sur scène. Le mojito était sympa aussi…

The Hives. LA claque de l’été 2013, 2012, 2011, 2010, 2009, 2008… Magique, ces mecs sont magiques. Habillés en mariachi et des roadies en ninja. Ces mecs sont géniales. Ils ont mis le feu au château d’Hérouville. Qui d’ailleurs ne s’appelle plus le château d’Hérouville mais le château de The Hives ! A voir, voir, voir, voir, voir d’urgence !

Je finirais avec Skip The Use. Une première pour moi (qui ne sera pas la dernière). Tout ce qu’on dit sur eux, se sont révélés vrai. Dans le même style que The Hives sans le côté « rien à branler ». C’est gentil comme live. Les mecs te font sauter, bouger, marrer. Après voila, c’est pas du lourd lourd. Un bon divertissement entre amis et famille.

Voila, pour moi, ça sera tout. Je tiens remercier l’équipe du Festival d’avoir invité The Naked Society et surtout un grand merci à toute l’équipe de communication. Gros gros taff, j’aime ! Un festival entre amis et famille pour les habitants de la côte Ouest. Pas encore assez connu en région Parisienne. Dommage parce que ça vaut vraiment le coup. Y’a pas que Rock en Seine et la Fête de l’Huma, mes petits parisiens, y’a aussi de très bons festivals, faut juste te bouger le cul !

J’espère vous y voir l’année prochaine. Sur ce, écoutez et apprenez !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s