Suicide Silence à la Flèche d’Or (75)

DSC02850

En ce 26 juin, il faisait beau, très beau ; c’est donc en toute logique (ou pas) que je me suis enfermé dans une Flèche d’Or bouillante. Soirée deathcore au programme avec les groupes Heart of a Coward, Thy Art is Murder et Suicide Silence. Une chose est sûre, le « deathcoreux »  fête la fin du bac comme il se doit, se fout royalement de rater des matchs de Coupe du monde et a du faire un choix cornélien puisque Emmure jouait au même moment au Nouveau Casino.

Ce sont les Anglais de Heart of a Coward qui ouvrent les hostilités. Arrivé un peu à la bourre (fallait bien profiter du soleil !), c’est avec surprise que l’on entre dans une salle plutôt bien remplie. Ça mosh, ça gueule et le groupe propose son deathcore/hardcore efficace. À la demande du frontman, la fausse s’agenouille et dès les premiers coups de batterie, le jeune émo/deathcoreux aux cheveux bleus dévaste le pit. Les quelques mots prononcés en français par le chanteur renforcent la cohésion avec le public. On retiendra surtout le premier circle pit d’une longue soirée torride sur « Psychophant ». Malgré quelques voix claires pompeuses à la fin, le set se finit avec des morceaux permettant au public de bien s’échauffer pour la suite du concert. Pour un groupe de première partie, on saluera aussi la qualité de la sono ! Trêve de plaisanterie, la fin de leur show a été suivie au bar parce qu’il faisait vraiment trop chaud dans cette fournaise.

DSC02741

Pas le droit à l’erreur pour le groupe suivant. De passage au Batofar il y a quelque mois, Thy Art is Murder avait pour le moins déçu le public puisque le chanteur malade, avait été remplacé par un roadie ne connaissant pas les paroles. Sur fond de double pédale, les riffs de « Defective Bride » ouvrent le bal. Le chanteur vêtu d’un sweat capuche pour bien transpirer (nouvelle technique de régime ?!) commence par pousser un cri guttural tel un cochon qu’on égorge. C’est bon, on est parti pour une bonne demi heure death metal bien bourrin. Le son semble un peu moins propre que pour HOAC mais faut dire que les deux guitares et le batteur donnent l’effet d’un rouleau compresseur. Les compos choisies par les Australiens gagnent en brutalité, en mélodie et on s’emmerde pas avec du chant de pleureuse qui sert à rien. Le temps d’un morceau, le chanteur Chris McMahon se prend pour Iggy Pop et monte sur les lumières tels les singes qui ravissent tant mon acolyte de la Naked Society. Cet évènement donnera d’ailleurs des idées aux coreux pendant le set de SS. Brutale et efficace, la prestation du combo ravit une fausse séparée en deux : un côté pogo et un autre plutôt orienté mosh. On peut d’ailleurs noter le nombre impressionnant de filles qui ont bougé des bras et des jambes ce soir. En somme, la prestation de Thy Art is Murder a permis à la soirée de décoller et le rendu scénique donne envie de jeter une oreille (ou deux) sur les albums studios !

Il doit être 21h30 quand les Californiens débarquent sur scène. Dans mon cas, pas besoin de se demander si c’était mieux avec feu Mitch Lucker vu que c’est ma première fois avec Suicide Silence ; il faut bien une première fois à tout…Niveau température, on a approché la chaleur de l’enfer quand les pionniers du deathcore emmenés par Herman Hermida (anciennement All Shall Perish) balancent les premières notes de « Unanswered ». S’ensuit « No pity for a coward ». Après deux morceaux de blasts, le vocaliste nous gratifie d’un « We are motherfuckin’ Suicide Silence » histoire de nous rappeler avec qui on passe la soirée. Les ricains déroulent une setlist bien énervée en interprétant les classiques comme « Wake up » où la fosse reprend les paroles. Le pit est à présent réuni et s’élance dans des circle pit et des wall of death pendant que les gratteux du groupes s’amusent à faire l’hélicoptère avec leurs tignasses. Sur « O.C.D », les filles présentes en nombre sont mises à l’honneur par le chanteur qui leur demande de venir au centre de la zone de guerre. Le bordel atteint son apogée sur le – tout en finesse – « Fuck everything » avant un rappel composé d’une chanson « You only live once ». Au final, il aurait été facile d’avoir un son dégueux et de rien comprendre mais heureusement, il n’en fût rien et on en a pris plein la tête avec ce silence chaotique !

DSC02789

Grosse soirée donc dans cette salle qui devrait accueillir plus de concerts de metal. L’heure n’est plus à la bière mais bien à la ruée vers le bar où il y a diffusion gratuite d’eau fraiche. Avec trois groupes de deathcore, on aurait pu s’attendre à subir des breaks toutes les vingt secondes mais en réalité la succession des groupes s’est effectuée dans une ascension vers la brutalité et la qualité ! Voilà, il est à présent temps de se réhydrater et de digérer toute cette violence devant un bon Corée du Sud – Belgique parce que faut pas déconner, c’est la Coupe du monde quand même !

Retrouvez toutes les photos du concert sur notre page Facebook.

Par Simon.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s