Mommy

Les liens entre une mère et son enfant sont plus fort que tout.

579120

Après Tom à la Ferme qui est sorti en Avril dernier, Xavier Dolan revient avec Mommy. Le jeune réalisateur canadien se penche une fois de plus sur les relations entre mère et fils. Dans un Canada fantasmé, puisque légèrement en avance sur notre temps, Mommy c’est l’histoire de Diane une veuve mono-parentale qui récupère la garde de son fils. Ce jeune adolescent qui, impulsif et violent est atteint du Trouble Déficit de l’Attention Hyperactivité (TDAH) ; tous les deux vont  essayer de venir à bout de leurs difficultés. Très vite leur mystérieuse voisine entre dans l’équation afin que ce trio puisse s’essayer à un certain équilibre.

Pour ceux qui ne connaissent rien à Xavier Dolan, pas de panique. Je vous conseille cette petite vidéo histoire d’avoir un aperçu des particularités de ce monsieur.

Moins littéraire que ces films précédents (peut-être dut aux origines sociale des personnages), Mommy n’en reste pas moins puissant. Les couleurs et la bande sonore impose rapidement le ton donné au scène. Les gros plan sur des détails contribue à se faire une idée de la personnalité de chaque individu prenant par à l’histoire. Rapidement, on est amené à juger Diane, mais la suite des évènements va très vite nous faire revenir sur notre jugement.

Si le cinéma de Dolan est un cinéma où les relations sont toujours conflictuelles car les individus sont amenés devant des situations assez hors du commun. Le cadrage particulier de ce film montre à quel point les personnages sont à l’étroit. Bloqués par leurs troubles ou par les obligations de la vie, personne est réellement libre de leurs mouvements. Les réactions explosives sont alors en partie expliqués par l’éternelle sensation d’étouffement. Ce n’est qu’à deux occasions que l’image s’ouvre, laissant voir que le trio respire et nous aussi avec.

Pendant 2h18, nous entrons dans la vie mouvementée de Diane, Steve et Kyla. Tous sont différent et tous sont en manque de repères, essayant tant bien que mal de gérer les aléas de la vie. Certains trouverons que Xavier Dolan tend vers l’hystérie avec ce film parce que oui, on assiste  à une montée en puissance de la violence des relations dans ses films. N’oublions pas qu’il y a beaucoup d’amour chez Nolan. Quelques fois à la limite de la moralité, l’amour est un thème central chez le réalisateur, tout comme l’espoir et les déceptions qui vont avec. On pourrait dire qu’un film de Nolan, c’est un peu comme une vision fantasmé de notre vie avec des cadrages et une bande son particulièrement pensé.

Malgré tout, je trouve que le jeune homme de 25 ans reste juste dans sa manière de montrer comment une relation entre deux personnes qui s’aime peut être violente. Ce qui marque avant tout, c’est l’amour et l’espoir qui subsiste malgré les obstacles.

Et ne vous inquiétez pas pour l’accent canadien… Le film est disponible en sous-titré français dans ton cinéma préféré !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s