Kreator au Bataclan – 02/12/2014

bataclan kreator

Après deux ans d’absence à Paris, c’est le 2 décembre que Kreator a décidé de faire une halte au Bataclan en compagnie d’Arch Enemy, Drone et Slamdown. Un peu à la manière de Cannibal Corpse avec Devildriver, on était un peu dubitatif sur le fait que des légendes pareilles soient obligées, dans une optique de remplir les salles, d’emmener avec eux sur les routes des groupes plus cotés par les jeunes. Peu importe, le metal s’écoute de 7 à 77 ans et ce soir, les Parisiens l’ont bien prouvé !

Il est 18h10 quand les Allemands de Slamdown commencent leur set. La fosse, faiblement remplie et anesthésiée par le froid, est peu réceptive à leur sorte de trash mélodique à voix claire. Certes, l’unique guitariste du groupe sait manier le manche mais la sauce ne prend pas, surtout quand la qualité du son ne semble pas être au rendez-vous. Vingt minutes de jeu avant la photo finale, ce fût donc, pour ma part, une prestation sympa mais sans plus…

Les tatoués teutons de Drone prennent la relève et délivrent un trash moderne beaucoup plus énergique que celui de leurs compères. De temps en temps, le guitariste headbangue à s’en faire décoller les cheveux de la tête mais, malheureusement, le public encore endormi ne saura foutre un véritable bordel sur « Welcome to the Pit ». En revanche, on se souviendra de la mélodie entêtante de  « Making Believe », un titre vraiment efficace. Il faudra attendre la dernière chanson, « Theopratical » pour que les métalleux ne se mettent à danser. Drone est la bonne découverte de la soirée et a su, à l’usure, réchauffer la foule avant les tant attendus Arch Enemy.

arch enemy 2

Une fois les drapeaux noirs hissés, les Suédois sont prêts à défendre leur nouvelle galette – War Eternal – et à présenter leur schtroumpfette canadienne, Alissa White-Gluz. La fosse est remplie de kids quand les premières notes du titre éponyme résonnent. « Ravenous », « My apocalypse » et « You will know my Name » lancent les premiers slams, pogos et autres pratiques métalliques. Le planant « Bloodstained Cross » fait son effet et laisse s’exprimer les talentueux guitaristes Michael Amott et Jeff Loomis. À l’image d’un Bruce Dickinson, la chanteuse brandie l’étendard sombre le moment de « Under Black Flags we March ». Les classiques du groupe déroulent sur fond de beau bordel dans le pit mais on aurait pu se passer du « No Gods, No Masters ». Le set se finit par le fédérateur « Nemesis ». Certains diront avoir été déçus par le charisme de la nouvelle frontwoman, d’autres sortiront ravis. Ce fût une très belle prestation mais l’impatience de voir les pionniers du trash allemands nous gagne…

 

THE KREATOR IS BACK ! Il est 21h quand la bande de Petrozza débarque sur scène. L’ambiance est posée avec une cinématique d’introduction évoquant l’évolution et la décadence de l’humanité. Ce soir, il sera question de guerre, de violence et de chaos… Fausse fumée, confettis et jeu de lumière atomisateur – il ne fallait pas être épileptique pour ce show. Une bonne part de la setlist est dédiée aux trois derniers albums du combo avec les titres comme « Violent Revolution », « Enemy of Gods », « Impossible Brutality », « Hordes of Chaos » ou « Warcurse ». Ces légendes quinquagénaires sont toujours d’aplombs pour interpréter leur musique dévastatrice. Les vieux briscards, fans de la première heure, en ont aussi pris pour leurs grades lors du classique « Pleasure to kill ». Batterie qui blaste, soli à dix mille à l’heure et usages du floyd, pit déchaîné : tous les ingrédients du bon trash sont réunis au Bataclan ! Le temps passe à une vitesse folle et c’est déjà l’heure du rappel… Pour notre plus grand bonheur, on a eu le droit à une reprise de la Vierge de Fer avec l’anthologique « The Number of the Beast ». Honte à celui qui ne chantait pas ! Avec « Flag of hate » et « Tomentor », le spectacle se clôt sur un véritable chaos musical dont seules les véritables légendes du trash ont le secret ! THE KREATOR WILL RETURN…

Au final, rare sont les concerts où les plus jeunes se mêlent aux anciens et quand cela arrive, c’est pour notre plus grand plaisir. La soirée fût chaleureuse et après deux groupes qui pouvaient laisser perplexes, Arch Enemy et Kreator ont confirmé leurs statuts d’incontournables de la musique metal. Dommage que la date n’ait pas été sold-out, la soirée en aurait été d’autant plus mémorable…

Par Simon.

Publicités

Une réponse à “Kreator au Bataclan – 02/12/2014

  1. Pingback: Hirax au Klub – 22/03/2015 | The Naked Society·

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s