Parisian walls – The Eternal Hunter

PARISIAN WALLS ARTWORK

Avec ce premier album, The Eternal Hunter, Parisian Walls s’affiche en nouveau fer de lance de la scène francilienne. Comptant dans ses rangs des musiciens reconnus (Arsène de l’Esprit du Clan entre autre), ce combo ne vous laissera pas indemne avant les fêtes. Malgré un artwork évoquant les plus fameux groupes de Stoner, c’est bien un album de Metal  « briseur de nuque », mixé et masterisé par Chris « Zeuss » Harris (Hatebreed, Emmure), que l’on vous propose de découvrir.

Après une intro très influencée par Gojira et nous plongeant dans les méandres de la ville des Lumières, les hostilités démarrent sur un « Pushover » assassin, accrocheur et brutal. Plus habitué à la langue de Molière, les connaisseurs de l’EDC s’habitueront assez rapidement au chant en anglais d’Arsène. « Europe is a Museum » et « From the City of Light » se démarquent aisément du reste de l’album. Le premier avec ses breaks deathcore (le jeu de batterie nous écrasera bien la face en live) et le second avec son refrain fédérateur et mélodique.

Les titres comme « You are the Enemy », « My Determination » ou « The Immoralist » se veulent agressifs, rageurs et profondément efficaces. Certains riffs apparaissent dans la suite logique de ce qu’aurait pu faire l’Esprit du Clan tandis que d’autres s’affichent comme plus originaux et propres à l’identité du groupe. L’album se clôt sur un « Sons of Dionysus » vraiment envoûtant mais pour le moins étrange. Avouons-le : après une telle dose de brutalité, j’étais loin d’imaginer que le voyage se terminerait sur une belle mélodie et un chant en voix claire. Habituellement peu friand de ce genre de pratiques, force est d’admettre que les musiciens ont ici fait preuve d’originalité en développant une autre facette de leur talent. Une belle surprise !

En somme, cet album à la production moderne et ravageuse vous en foutra plein la gueule en cette fin d’année. Difficile de dire si ce sera un classique du Metal hexagonal mais il est certain qu’il ravira les fans de l’Esprit du Clan, de Gojira ou autres enragés que vous êtes. En espérant que ce soit la première galette d’une longue série, on leur souhaite le meilleur. Soyez sûrs que s’ils passent dans votre ville, il faudra être en forme pour supporter le pit…

À écouter : Europe is a museum, From the city of light, Sons of dionysus.

Infos : facebook.com/PARISIANWALLS

Par Simon.

Publicités

3 réponses à “Parisian walls – The Eternal Hunter

  1. Pingback: Madball au Glazart – 06/04/2015 | The Naked Society·

  2. Pingback: While She Sleeps au Petit Bain – 20/04/2015 | The Naked Society·

  3. Pingback: Adrenaline – Demain nous appartient | The Naked Society·

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s