KERA – KERA

Né dès cendres de Thanatic Eyes, Kera sort ici son premier EP. Trois titres pour vingt minutes de death metal progressif de qualité faisant regretter le peu matière à chroniquer et une production pas forcément au rendez-vous. Nuançons toutefois ce second point car il est vite élagué par le contenu musical que proposent ces cinq musiciens.

kera - kera

L’aventure commence par un sacré groove (« Masters Enslaved »). La voix rauque et parfois caverneuse de Flo se pose délicatement sur ces riffs calibrés pour headbanguer. Le refrain bénéficie d’une accélération de rythme permettant de sentir les doigts du bassiste se balader sur le manche. Avec des soli bien amenés, on a affaire à bon gros morceau de death metal où l’on sentira, comme sur l’ensemble de la galette, certaines influences de Death bien digérées.

À la première écoute, « Architect of Chaos » me paraissait être le morceau le plus intéressant mais il est simplement le plus efficace. Il agit comme un bulldozer et le refrain vient briser le rythme avec une mélodie hyper accrocheuse et un chant un peu plus typé hardcore. Vous avez des yeux, vous avez des oreilles ; vous vous ferez votre avis en regardant le clip !

J’allais omettre un élément important de la musique de Kera : le côté progressif. Il est le plus évident lorsque le chant se veut moins éraillé ou que les arrangements font leur apparition (« Silence »). Alors que le groupe s’y est brièvement essayé sur les deux premiers titres, ce dernier morceau développe un passage en clair beaucoup plus long et très intéressant. Très réussi et simplement magnifique, c’est l’aspect de leur musique qui m’a le plus marqué. Cela laisse la possibilité aux guitares et à la basse de dialoguer entre elles. À mon avis, les plans de basse auraient mérité, à l’instar des six cordes, de partir plus en vrille. Bref, ce genre de moment permet de s’oxygéner, de proposer quelque chose d’original et devrait être exploité au mieux pour de futurs morceaux.

À part la production, je n’ai rien à reprocher à cet EP. Il y a un très fort potentiel, très bien utilisé et l’on sent que, s’ils arrivent à se lâcher encore plus, ils produiront un premier album remarquable. Ces trois titres raviront les amateurs de Death et autres groupes qui savent apporter de la mélodie à un genre souvent bien trop bourrin pour être audible.

Par Simon.

Publicités

3 réponses à “KERA – KERA

  1. Pingback: Hypno5e au Point Ephémère – 03/04/2015 | The Naked Society·

  2. Pingback: Tankrust au Gibus Café – 10/05/2015 | The Naked Society·

  3. Pingback: Kera au Studio Campus – 05/06/2015 | The Naked Society·

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s