Lordi au Trabendo – 17 mars 2015

DSC06288

Ce mardi 17 mars, le Trabendo dédiait sa soirée au hard rock. Accompagnés des Hollywood Groupies et des Dirty Passion, les vainqueurs de l’Eurovision 2006, ces monstres de Lordi, ont enflammé cette salle. Avec une communication quasi inexistante, l’endroit était loin d’être complet mais les fans, ayant pris la peine de se déplacer, ont vibré, dansé et crié, plus fort encore que pendant leurs pires cauchemars.

On passera assez vite sur les deux combos ouvrant le bal. Malgré le peu de place pour jouer, les Hollywood Groupies, emmenés par une femme au chant, ont livré un set énergique. Le second, évoluant dans le même registre hard rock, a aussi échauffé la salle à sa manière. La fosse, à moitié remplie, semblera apprécier la prestation. Pour être honnête, au vue du volume sonore prescrit par la salle ce soir, on a préféré ménager nos pauvres oreilles et patienter au bar. On se rappellera, tout de même, que le plus sympa dans un concert de hard, c’est bien le look des musiciens : bandana, vestes à patchs, bas déchirés ou encore jolis brushings. Bref vous l’aurez compris, on restera sceptique sur la qualité de la musique de ces deux groupes. Sans véritable show, le hard rock des temps modernes devient très vite assez fade…

Après avoir vu des prestations à l’Elysée Montmartre et au Hellfest époustouflantes, on attendait beaucoup des Finlandais ce soir. Il est un peu moins de 21h quand les lumières s’éteignent. Une charmante hôtesse nous illumine la voie vers la piste de décollage et les premières notes de « Nailed by the Hammer of Frankestein » s’échappent. L’assemblée devient folle et les monstres apparaissent. En quelques secondes, on comprend que ce sera impressionnant ! À la manière de Manowar, Lordi enchaîne avec leurs odes à notre musique préférée (« This is Heavy Metal » et « Hard Rock Hallelujah »).

Alors que les kids sautent frénétiquement dans tous les sens, un premier pantin machiavélique fait son entrée sur la scène. Un peu plus tard, un clown maléfique nous balancera des confettis. La mise en scène est remarquable. Cadavre découpé sur une table, bébé dévoré ou encore déploiement des ailes de Mr Lordi, on assiste à une vraie pièce de théâtre horrifique. Le frontman partagera son amour de la poésie en nous gratifiant de quelques mots de français bien choisis (« bite », « cul », « chatte »). Tous ces effets nécessitent une mise en place et un timing millimétré. Chaque musiciens aura donc son moment de gloire et le solo de batterie nous retourna les boyaux par sa puissance tandis que celui de Mr Ox, à l’instar de Gwar, nous fera headbanguer et exploser les tympans. En revanche, Mr Amen aurait pu choisir autre chose que les White Stripes pour nous faire patienter…

À certains moments, la prestation perdra quelque peu de son rythme mais ce sera, sans compter, sur la soirée mousse organisée (« It Snows in Hell »), parfaite pour nous réveiller. Le chanteur cornu aura d’ailleurs sorti le bonnet de nuit sur « Blood Red Sandman ». Le mauvais rêve passe vraiment trop vite et on n’a pas du tout envie que ça se finisse. Malheureusement, c’est déjà l’heure du rappel. « Who’s your daddy ?» rendra complètement hystérique notre photographe, encore déçu par ses déboires de la veille à Steel Panther. « Scar force one » nous emmènera vers d’autres cieux et le grand classique, « Would You Love a Monsterman ? » clôturera ce show infernal, sous une pluie de confettis.

Amusantes et effrayantes, les prestations de ces nordiques réinventent le hard rock. Plus qu’un simple concert, ce fut une véritable performance théâtrale à laquelle on a assisté ce soir. Malgré une date, loin d’être sold-out, on s’est tous bien amusé et le public sortira avec le sourire aux lèvres. Non contents d’avoir pu récupérer les médiators dans la fosse, les déçus auront pu s’en offrir au merchandising pour la maudite somme de deux euros. Plus qu’un groupe, Lordi est aussi une marque ! En espérant que les plus jeunes auront pu fermer l’œil de la nuit, je conclurais, ces quelques lignes, par un jeu de mot foireux : ce fut une soirée Arockalyptique !

Retrouvez toutes les photos du concert ICI

Par Simon
Photos : St-Cyr.

Publicités

Une réponse à “Lordi au Trabendo – 17 mars 2015

  1. Pingback: La reprise de la semaine : Bathory – Black Diamond X Death – God of Thunder | The Naked Society·

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s