Tankrust au Gibus Café – 10/05/2015

Rien à faire le dimanche soir ? Viens au Gibus Café ! Presque toutes les semaines, cette petite salle parisienne reçoit des groupes pour de belles soirées métalliques. Cette fois, trois groupes franciliens ont envahi les lieux pour communier avec le public. Au programme donc : les thrash modernes de Bleed et Tankrust ainsi que le death metal de Whisper of Death…

tankrust whisper of death bleed

Il est, à peu de choses près, 20h quand les Parisiens de Bleed s’installent. « The Fall » ouvre les hostilités d’une bien belle manière. Le refrain se veut hyper accrocheur et la voix du guitariste, Rudy, est très bien gérée. Sur les nombreuses phases où les soli s’extirpent des doigts de son acolyte, on se rendra rapidement compte que l’absence de basse empêche à la musique de prendre du volume. Ce désagrément sera, néanmoins, très vite compensé par l’énergie et la technique des différents musiciens. Florent, le chanteur, varie entre voix death growlée et voix plus thrash. La formule marche et est renforcée, de temps à autres, par le chant du guitariste. Il est, à présent, temps de faire la fête et les musiciens rappelleront que, à leur image, il n’y a pas besoin de grosses tignasses pour headbanguer ! Ils clôtureront leur set par « The Foreigner« . On aura peut être pas saigné mais on aura apprécié l’échauffement en compagnie de Bleed !

Quarante cinq minutes par groupes, voici le timing imposé ce soir !  Ce ne sera pas un problème pour Whisper of Death. Ces amateurs de douces mélodies n’ont pas le temps de faire dans la demi mesure… Avec un bon gros death metal, ils en auront refréné certains à rentrer dans la salle et fait fuir les moins téméraires. Une vingtaine de connaisseurs assisteront donc à une prestation, qui fera office de rouleau compresseur. Décidément, il manquera encore d’un bassiste pour annihiler toutes formes de vie dans le Gibus. Il fallait aimer ce genre de musique mais, de temps en temps, cela ne fait pas de mal de se replonger dans tout ce que l’âme humaine a de plus putride. Malgré les grimaces de gros méchants des guitaristes, l’ambiance est conviviale et les musiciens trinqueront lorsqu’une bière arrivera sur scène. Il manquera donc de monde pour transformer le pit en un champ de bataille mais certains titres se dégageront comme le sympathique « Désossage » ou le blackisant « Battlefield« . À revoir dans d’autres conditions et à conseiller pour les fans de Benighted, Aborted et autres combos pratiquant l’art de la voix de cochon.

La fin du set apparaîtra, pour certains, comme un véritable instant de soulagement. Tankrust assurera donc la relève. Le premier effet sera une sensation de puissance. Bénéficier d’un bassiste change réellement l’intensité du partage… Cela faisait presque six mois qu’ils n’avaient pas joué et les musiciens seront là pour foutre le bordel. Comme le rappelle le frontman barbu, ils vivent chaque chanson comme si c’était la dernière. Il redoublera donc d’énergie, titillera de nombreuses fois ses guitaristes et se postera aux côtés du batteur. Une belle présence scénique ! Le public est connaisseur et réceptif. Ce sera le moment de faire tourner ses cheveux. Moins brutale que celle de leurs prédécesseurs, la musique de Tankrust se veut, toute de même, guerrière. Avec un album prévu pour octobre, ils présenteront un nouveau titre, déjà bien connu de tous (« Barbarians« ). Plus qu’efficace, il laisse entrevoir de bonne choses pour la prochaine production. Après de nombreux titres, issus de leur EP Beyond Thresholds et laissant la part belle aux pogos, « Dead Pools » terminera cette belle prestation d’un thrash riche et varié. De manière très énergique, ils auront prouvé qu’il ne faut pas être deux cents pour enflammer une salle ! Naked Society attendra leur premier album avec impatience !

Ce fût donc, encore une fois, une agréable soirée dans cette petite salle du Gibus. Avec trois bons groupes, on se sera délecté de cette rage contrôlée, de cette ambiance chaleureuse et de la qualité musicale proposée. On regrettera, simplement, l’absence de basse pour Bleed et Whisper of Death. Merci donc aux groupes, au public, à la salle et à Extrême Factory pour l’organisation !

Par Simon

Publicités

9 réponses à “Tankrust au Gibus Café – 10/05/2015

  1. Pingback: Harmorage – Psychico Corrosif | The Naked Society·

  2. Pingback: Kera au Studio Campus – 05/06/2015 | The Naked Society·

  3. Pingback: Finale du Headbang Contest au Divan du Monde – 07/06/2015 | The Naked Society·

  4. Pingback: La reprise de la semaine : Bathory – Black Diamond X Death – God of Thunder | The Naked Society·

  5. Pingback: La reprise de la semaine : Toolstep version – Make it bun dem | The Naked Society·

  6. Pingback: Héboïdophrénie – Origin of Madness | The Naked Society·

  7. Pingback: Devour The Fetus au Cirque Electrique – 11/09/2015 | The Naked Society·

  8. Pingback: Whisper of Death au Gibus Café – 20/10/2015 | The Naked Society·

  9. Pingback: Yorblind au Glazart – 17/10/2015 | The Naked Society·

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s