MAD MAX : Fury Road

Oh what a day ! What a lovely day !

Mad-Max-Fury-Road-lovely-day

Trilogie qui a débuté en 1979, la saga Mad Max de George Miller nous plonge dans l’univers de plus en plus dystopique ou le pouvoir se mesure surtout en essence. Ce qui fait des véhicules motorisés le symbole phare de ce triptyque. En 1979, 1981 et 1985, Max est incarné par Mel Gibson.
En 2015, c’est Tom Hardy qui prends la relève. Le film d’aujourd’hui est-ce une suite des films des années 80 ou un reboot ? Je vous laisse les 2h du film pour vous faire votre avis.
C’est un Mad Max qui, hanté par son passé mérite bien son nom. Dans ce monde violent et sans pitié, notre héros a fait le choix d’être seul pour mettre toutes les chances de survie de son côté. Mais comme vous vous en doutez, Mad Max se retrouve malgré lui au sein d’un conflit et n’a pas d’autre choix que de faire un bout de route avec l’Impératrice Furiosa (Charlize Theron)
George Miller poursuit sa logique de nous montrer un monde de plus en plus dystopique à chaque Mad Max. Parce que les conditions climatiques font la part belle à tous les aspirants tyran, on retrouve ici Immortan Joe (joué par Hugh Keays-Byrne… Oui, oui, le premier méchant du premier Mad Max) qui a su s’élever au rang de demi-dieu pour son peuple. Les « War Boy », guerrier d’Immortan Joe en sont la preuve puisqu’ils meurent et vivent pour lui. L’admiration sans faille qu’ils portent à leur chef s’accompagne d’un besoin de reconnaissance évident. Il faut dire que dans ce monde chaotique, Immortan Joe a su s’ériger en tant que seul repère. Nux, un « War Boy » joué par Nicholas Hoult nous livre ainsi quelques clefs de l’univers délirant du film.
Lorsque l’Impératrice Furiosa qui devait lui ramener de l’essence le trahit pour lui voler « quelque chose » de très important pour Immortan Joe, l’Impératrice signe là son arrêt de mort et une folle course poursuite s’engage alors. Le rythme effréné qui est justifié par la fuite se calme a un seul moment. Ce laps de temps où l’action est mis à part se trouve être légèrement clichouille (tout juste comme on aime) et est nécessaire pour la suite de l’action. On reprend notre souffle afin d’être prêt pour le reste de long-métrage et on profite de l’occasion découvrir se pencher un peu plus sur l’identité de l’Impératrice Furiosa.

Souvent décrite comme l’alter ego de Mad Max, elle aussi a un passé qui la hante. Il est vrai que ces deux là on des caractères assez similaires, peut-être est-ce pour cela qu’ils font du si bon travail ensemble…

Il semblerait que George Miller a compris comment écrire de bons personnages féminin, puisqu’il suffit de faire la même chose que pour ces messieurs. Personnage complexe et rentre dedans, Furiosa semble être le véritable personnage principal de cette histoire. Si on peut tiquer sur la simplicité de construction de Toast (Zoë Kravitz), Splendid (Rosie Huntigton-Whiteley), Capable (Riley Keough), Fragile (Courtney Eaton) et The Dag (Abbey Lee) il faut penser que ces personnalités peuvent se rassembler autour d’une même identité.
Il faut dire que depuis le temps, George Miller a eu le temps développer l’univers de Mad Max, que ce soit au niveau des personnages, ou au niveau même de son paysage désertique.

Ce film d’action intègre les codes du retour de licence qui signifie retour du personnage tant dans l’actualité qu’au niveau de la présence sur l’écran. Le retour de Max ne sait pas fait immédiatement puisqu’il est lui-même porté par l’histoire avant d’en devenir un des acteurs principaux. La question du retour y est largement exploité. La course poursuite furieuse qu’est Mad Max : Fury Road se déroule dans un univers délirant où il est possible de survivre seulement si on se montre plus fort et impitoyable que les autres laisse toute fois le message d’être féroce d’espoir.

Mad Max : Fury Road et le premier opus d’un diptyque dont le second serai prévu pour 2017 et qui s’intitulera : Mad Max : Furiosa… On peut déjà deviner de qui cela va parler et je peux vous dire que ça, c’est une sacrée promesse !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s