CONCRETE: LUCY, ANTHONY PARASOLE, CHEVEL Live, POINT CARRÉ 15/05/2015

TECHNO REPORT #1

concrete-velib-blog-paris

TECHNO REPORT #1

Vendredi 15 mai dernier, la péniche de la Concrète bookait un line up de très haute volée avec en tête d’affiche Lucy, boss du label Stroboscopic Artefact et Anthony Parasole, celui de Deconstruct Music.

23H sur le quai de la rapée un vendredi soir d’un week-end de l’ascension, il faut le dire, il n’y a pas grand monde. Il est cependant quasi évident au vu du line up que la barge sera pleine quelques heures plus tard. Mais à l’heure où le collectif parisien de Point Carré ambiance la foule qui se forme progressivement, il est clair qu’il y a encore beaucoup de place pour danser. Point Carré est formé d’une bande de potes, plus exactement de 4 dj’s-producteurs du label Beat X Changers enchainant des disques en back to back pendant plusieurs heures. Le son orienté techno est globalement de qualité et les goûts de chacun sont représentés sans qu’il y ait des différences de styles trop criantes dans le set. Le warm-up du crew parisien se termine un peu après minuit et demi et déjà, la foule commence à se rameuter autour du dj booth. Derrière ses machines et prêt à jouer son live pour la première fois en France, Chevel, italien comme Lucy et membre de son label, Stroboscopic Artefacts commence à triturer son son. Etoile montante du label, Chevel a déjà eu le privilège de jouer au Berghain et s’est déjà fait remarqué en France au Batofar et aux Nuits Sonores. Dario Tronchin, de son vrai nom est également connu sous le blase de Monday Night quand il produit de la deep house. Son versant techno nous plait beaucoup plus. D’abord sceptique par la sonorité assez expérimentale et très épurée de son live, la foule commence à se laisser porter par sa qualité, puis devient progressivement séduite par son énergie. Très très épuré et percutant par moment, envoutant à d’autres, le live de Chevel fût une très belle surprise. Tout les technophyles présents ce soir là ne sont pas forcément de mon avis : pendant que certains dansent avec énergie au premier rang, d’autres restent sceptiques au fond de la salle ou sur la terrasse du haut.

1 heure plus tard (la durée moyenne d’un live en musique électronique), c’est au tour de le tête d’affiche de la soirée de se mettre en place. Il était déjà passé à la Concrète il y a un an lors d’un back to back avec Speedy J, Luca Mortellaro alias Lucy, patron du label Stroboscopic Artefacts, était de retour cette fois-ci seul, pour un dj-set numérique de plus de 3 heures. Artisan d’une techno deep et frontale mais aux influences dub évidentes, sa musique n’en est pas moins par moment planant avec des accents parfois chamaniques et tribales. L’écart qui se trouve entre la puissance du beat et la force émotionnelle des nappes donnent un mélange inattendu, agréable et hypnotique. Le passage de Lucy est pour nous le meilleur moment de la soirée, la qualité était là et son univers nous a totalement subjugué.


Enfin, en point d’orgue de cette belle nuit, venait sur les coups de 4 heures du matin,
Anthony Parasole, boss du label new-yorkais Deconstruct-Music et figure, avec son ami Levon Vincent, du nouvel essor de la techno et de la house new-yorkaise. On a eu droit jusqu’à 7 heures à un set techno de très bonne qualité mais qui souffrait par moment par comparaison à la claque prise un peu plus tôt avec le passage de Lucy. Vers 6 heures, le bateau commence à se vider, le jour se lève progressivement sur le port de la rapée laissant derrière lui une nouvelle nuit dans une autre dimension…

Par François

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s