Finale du Headbang Contest au Divan du Monde – 07/06/2015

En ce dimanche 7 juin, il n’y avait que des bonnes raisons pour se rendre à la salle du Divan du Monde, non loin de la place Pigalle. Pas moins de sept groupes étaient réunis, c’était la finale nationale du headbang contest (résumé de la finale régionale ici) et cette date marquait le retour de GhUSa sur les planches. Animée avec humour par Djej (Heil of a Ride) et Flow (6h33), la date était aussi l’occasion, dans le cadre de leur tournée fêtant les 30 ans du combo, d’un concert filmé de Loudblast. Avec un programme si chargé, il fallait venir tôt pour ne rien rater de cette belle soirée…

headbang contest

Il est à peine 18h30 quand GhUSa se charge d’ouvrir la soirée. Entachés de sang, les cinq musiciens montent sur scène avec pour seuls objectifs d’apporter le chaos et de faire revivre le death metal scandinave des années 1990. Le son est déjà très puissant et la voix sort d’outre tombe. Devant une fosse se remplissant progressivement, ils alternent des compositions originales et des reprises issues de leur dernière production, 25 Years of Death Metal. Avec un nom si significatif, il est question de proposer un peu de Dismember, un peu de Entombed, un peu de Slayer et plein d’autres titres aussi doux que « Genocide ». Ces musiciens ont de la bouteille et cela se voit ! Ce fut une bonne mise en bouche, en écho avec la tête d’affiche du soir, et ils laisseront au public le dernier mot : God Hate US All !

Après un tel déferlement de violence, Three Seconds Rule a la lourde tâche de lancer la finale du Headbang Contest. Vainqueurs à Lyon, ils pratiquent une sorte de thrash moderne mélodique. Variant les passages très rapides avec d’autres plus lents, les musiciens manient bien le manche. On notera quelques soli bien maîtrisés et des ponts démontrant la palette d’influences. Le frontman investit bien la scène mais, malgré ses demandes répétées de bordel, la sauce ne semblera pas prendre réellement. On aura, néanmoins, passer un moment agréable… Notez qu’ils prévoient de sortir un album en 2016.

19h30, une odeur de gazoline et une atmosphère sèche et aride planent sur le Divan du Monde. Le point américain est installé sur le pied du micro ; la violence va commencer ! One Last Shot faisait parti de nos favoris, leur EP est excellent (lire notre chronique ici) et ils ont, une nouvelle fois, prouvé leur force en live. Les premiers riffs d’introduction, aux senteurs de désert américain, nous mettent tout de suite dans le bain et il ne faudra que quelques secondes pour que le bordel ne naissent dans la fosse. Entre deux pogos, on trouvera le temps de remuer la tête sur « Skateboard Song » tandis que son solo et ses tappings feront littéralement planer. Leur jeu de scène est calibré et ils intercaleront, pour commencer à achever le pit, une belle partie de break au bon moment. La prestation se finira sur un échange de solo entre guitaristes et un chanteur usant de ses doigts pour faire sonner la basse. On attendra leur album avec impatience mais, une chose est sure, ils ont bien mérité leur victoire !

Comme si tout ce grabuge ne suffisait pas, il fallait en remettre une couche. À la vue du nombre de tee shirts à leur effigie dans la salle, Artweg était un client sérieux pour la victoire finale. Le sort en décida autrement mais leur performance fut le premier rouleau compresseur de la soirée. Le pit ne cessa de rentrer en collision de manière frénétique. Vêtus de vestes à patchs et les cheveux longs grisés par l’âge, même les anciens viendront jouer des bras et des jambes durant ce set. Quoi qu’il en soit, ces musiciens proposent quelque chose d’intéressant où « Insane », « Drunk’n High » et encore « Human Bomb » sont autant de titres donnant une furieuse envie de se défouler. Leur prochain album devrait sortir en septembre !

Originaire de Cannes, Ils avaient gagné à Grenoble. Heart Attack a fait plus de dix heures de bagnole pour venir délivrer leur thrash moderne dans la capitale. Programmé en juin, avec Dagoba, Zuul FX et Eths, à Marseille ainsi qu’au Hellfest, c’est un groupe expérimenté qui s’est présenté sur scène. La technique des musiciens est impeccable et le jeu de double pédale retourne, par moment, le bide. En revanche, à l’écoute de la violence musicale proposée et malgré quelques walls of death et autres danses métalliques, le public semblera quelque peu timide. La setlist fut équilibrée et on retiendra principalement leur titre, probablement le plus accrocheur, « Sweet Hunting ». Ils gagneront, à la surprise de certains, cette finale et pourront ajouter une date de festival à leur actif ! Pour notre part, on les retrouvera à la fête de l’enfer…


La soirée passe terriblement vite et il est déjà l’heure de l’avant dernier groupe. Au Petit Bain, la musique de Icon of Destruction ne nous avait pas bluffé. Il semblerait que, de temps en temps, le metal nécessite d’être digéré pour être apprécié. Bénéficiant de plus de place et de meilleures conditions de jeu, la prestation fut de meilleure qualité. Carrées et techniques, leurs compositions montent en puissance tout le long du set. Les deux voix gutturales, hurlées par le guitariste et le claviériste, se superposent bien pour un rendu puissant et caverneux. Les touches de clavier apportent un côté aérien, par moment épique, qui se détache clairement du reste de la musique proposée par les premiers groupes de la soirée. Leur nouvelle chanson laissera entrevoir des inspirations intéressantes. Ils clôtureront leur set par un joli wall of death. Enfin, les curieux peuvent découvrir leur album, Blind World, ici.

Le moment tant attendu de la soirée est enfin arrivé. Pour leur trentième année d’existence, les nordistes de Loudblast parrainaient cette soirée. Les balances connaissent quelques pépins et ils ne commenceront leur set, malheureusement un peu écourté, que vers 22h15. On prendra quarante minutes de thrash/death en pleine gueule ! Issus de toutes les périodes du combo, les titres sont dévastateurs. À l’image de « A Bloody Oath », extrait du dernier album Burial Ground, les coups de batterie assomment et la basse remue les boyaux. Le show est placé sous le signe de la fête et de la bagarre. Avec plaisir, on pourra observer les différents musiciens de la soirée se rentrer dedans lors des nombreuses phases de pogos. Alors que le charismatique Stéphane Buriez (chant/guitare) et son acolyte transpirent intensément et qu’ils arrosent de gouttelettes les fans du premier rang; ils n’en oublient pas qu’ils sont là pour faire du rock’n’roll. Ils enverront une version death metal de « Ace of Spades » (Motorhead) de toute beauté. Malgré une courte prestation – on aurait aimé plus d’interaction avec le public et plus de titres – Loudblast porte bien son nom. C’est lourd, c’est gras et ça tape fort ! Il ne reste plus qu’à leur souhaiter un bon trentième anniversaire et à en espérer trente supplémentaires…

Il est environ 23h lorsque les résultats tombent. La plupart des musiciens sont montés sur scène, il règne un vague suspens de courte durée et chacun des animateurs de la soirée lance un nom. Heart Attack et One Last Shot gagneront cette finale nationale et auront la possibilité de jouer, cet été, au Motocultor Festival, en Bretagne. À présent, il est temps de remercier Access Live Production, l’équipe du Headbang ainsi que toutes les équipes organisatrices. N’oublions pas tous les groupes rencontrés et proposant une musique de qualité ainsi que le public venu les soutenir. Enfin, je conclurais ce report par ces quelques mots : soutenez la scène française, elle regorge de talents !

Par Simon

Publicités

2 réponses à “Finale du Headbang Contest au Divan du Monde – 07/06/2015

  1. Pingback: La reprise de la semaine : Matt Heafy – Harvest | The Naked Society·

  2. Pingback: X Syndicate à la Boule Noire – 19/09/2015 | The Naked Society·

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s