Général Lee – Knives Out, Everybody !

11038565_10153138219803542_4726803758178911558_n

Découvert sur le tard avec cet album, Général Lee est pour moi l’une des découverte de 2015. Heureusement, il ne fut pas trop tard pour me lancer dans l’univers de ce sextet béthunois. Fort de trois albums et de deux splits avec As We Bleed et Euglena, ils reviennent avec un quatrième album, Knives Out, Everybody !

Général Lee réussit à créer son propre univers en nous balançant un hardcore corrosif mélangeant larsens, rythmes variés et riffs alambiqués pour donner une ambiance survoltée en référence à certains films de série B. D’ailleurs le Canadien Matt Ryan (Son Facebook), aura bien retranscrit, dans l’artwork, ce monde fait de zombies, de grosses bagnoles, de cow-boy et de karatéka.

Ce Knives Out, Everybody ! démarre en trombe avec une course poursuite poussiéreuse (« Fuel injected suicide machine »). D’entrée de jeu, le groupe nous emmène dans sa furie sonique dissonante et désespérée avec ce titre explosif aux odeurs d’or noir. On reconnaîtra l’univers post-apocalyptique de Mad Max.

Cet album est l’occasion pour nos six hors la loi d’inviter trois mercenaires. Le deuxième titre voit l’apparition d’Alex de The Prestige tandis que, plus tard, Vince (The Butcher’s Rodeo, Aqme) rejoint la bande. En demi teinte, ces deux featurings (« The beast Inside », « Hellbound on VHS ») apportent leur dose d’agressivité, mais sont mal exploités ou trop courts pour apporter un réel intérêt. En revanche, celui avec Manon de The Shiny Deers, plus lancinant, mélancolique, suscite une lueur d’espoir et clôture en beauté cet album (« Night chaser »).

Cependant, Général Lee, c’est aussi trois guitares permettant d’enrichir un seul et même morceau. Les chœurs, la rythmique martiale et les guitares hypnotiques font monter la pression et donnent un côté planant sur « The conqueror worm ».Sortez les chapeaux de cow-boy et les santiags, « Sergio leone built my hotrod » et son intro country, sauce western spaghetti, nous emmènent dans une version de Il Était Une Fois Dans l’Ouest version chaos. Les références continuent et sur « Black samouraï », l’une des chansons les plus énervée de l’album, le chanteur Arnaud devient Jim Kelly, un karatéka à la coupe afro. À l’image du film, la castagne investit littéralement la totalité de la chanson.

Knives Out, Everybody !, c’est donc 38 minutes de musique folle, réfléchie, travaillée, chaotique, maîtrisée et enrobée d’une imprévisibilité à la sauce série B. Général Lee est un groupe en constante évolution et plusieurs écoutes seront nécessaires pour réellement apprécier l’ensemble. Enfin, comme pour une vieille cassette VHS, je garderais cet album très précieusement.

Leur Facebook

Par Caroline.

Publicités

Une réponse à “Général Lee – Knives Out, Everybody !

  1. Pingback: Touché Amoré au glazart – 19/08/2015 | The Naked Society·

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s