Devour The Fetus au Cirque Electrique – 11/09/2015

En juillet dernier, à l’occasion d’une soirée black metal dantesque, on s’était enfermé dans la petite salle du Cirque Électrique. La température avoisinait alors les 40 degrés. Un peu maso, on a décidé d’y retourner pour un concert brutal en compagnie de Naamah, Creeping Fear, Whisper of Death et Devour The Fetus. Poésie, violence et bébés démembrés ont composé le menu de cette soirée réussie.

affiche concert devour the fetus

Dans un registre death progressif, les Franciliens de Naamah sont chargés d’ouvrir les hostilités. Malgré quelques imperfections techniques, ce sera le groupe le plus intéressant de la soirée. Aux côtés des riffs typiquement death metal, le groupe propose de belles envolées mélodiques et des phases d’accalmie permettant de relâcher la pression. Peu réceptive au début, la foule finira par apprécier la prestation et la chaleur montera progressivement d’un cran. Si le groupe a effectué une prestation puissante, les musiciens devront gagner en assurance (notamment pour meubler entre les morceaux). Néanmoins, leur musique est de qualité et il faudra suivre ce groupe lors de la sortie du premier EP.

Groupe après groupe, le niveau de brutalité de la soirée augmentera. C’est au tour de Creeping Fear de prendre la relève. Leur dernier EP, World Execution, a tout juste un an. Inspirés par Suffocation (ils en feront d’ailleurs une reprise), Dying Fetus ou Decapitated, ils le défendront d’une bien belle manière. La posture du bassiste ne sera pas sans rappeler celle de Robert Trujillo. À l’image de « Nothing Sacred » ou de « Flag still burning », les riffs et la batterie agissent comme de véritables rouleaux compresseurs. Ainsi, Creeping Fear révèle toute sa puissance live. Les amateurs pourront les retrouver le 20 octobre, au Gibus, en compagnie de Whisper of Death et des Suisses Anachronism.

En mai dernier, on était déjà présent pour le concert de Whisper of Death au Gibus. Au regard des autres groupes, leur jeu était beaucoup plus brutal. Cette fois, le combo est dans son élément et cela se ressent. D’une part, le chanteur mettra plus d’énergie pour vomir son death metal. D’autre part, le groupe joue cette fois avec un bassiste ! Il fallait donc être prêt à chier dans son froc ce soir. Dans un silence de mort, le groupe ouvre avec « Cemetery market ». À la demande du frontman, le bordel naitra sur « Surgical Strike » et ne s’arrêtera pas du set. De manière efficace, le combo enchaîne les titres issus de Noise of Obstinacy (« Désossage », « Cannibalism airlines », « OBF », « Happy burial »). Après quarante minutes de blast, le groupe nous terminera sur l’excellent « Battlefield », titre qui, sans aucun doute, se dégage, par ses touches black, de l’ensemble de la setlist.

Il est 23h. Oubliez toutes formes de poésie, Devour the Fetus a investit les lieux. Nous raterons le début de la prestation mais, une fois entrés dans la salle, la chaleur sera celle d’une fournaise et le pit ressemblera à un véritable champ de bataille. C’est gore, c’est gras, c’est rapide et foutrement incompréhensible. Il parait qu’on appelle ça de la musique. Si, pour le profane, l’album Cook’n’roll peut prêter au sourire ou au dégoût, il n’empêche qu’en live, cela fait vraiment du bien par la où ça passe. La voix de cochon, typique du genre, est délicatement posée sur une musique dotée d’un certain groove. Plein d’humour, Renan (chant) prendra soin d’expliquer, à chaque fois, le propos des paroles. Pendant près de vingt titres (seulement), le groupe cuisinera du fœtus à toutes les sauces ! Bref, c’était brutal et on a apprécié ! Les plus courageux les retrouveront, à Lille, le 12 novembre !

En somme, malgré la brutalité certaine proposée par cette affiche, la soirée fut agréable. Naamah propose une musique intéressante, Creeping Fear et Whisper of Death ont été efficace. Pour Devour The Fetus, il faut aimer le gore mais, force est d’avouer, que l’on a pris une belle baffe. Il est à présent temps de remercier Ondes Noires, toute l’organisation, les groupes, ainsi que le public pour cette belle soirée !

Par Simon
Photos : St-Cyr.

Publicités

Une réponse à “Devour The Fetus au Cirque Electrique – 11/09/2015

  1. Pingback: Whisper of Death au Gibus Café – 20/10/2015 | The Naked Society·

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s