Yorblind au Glazart – 17/10/2015

En ce samedi 17 octobre, il était bien difficile de choisir le programme de sa soirée. Entre le match de rugby et le concert exceptionnel d’Opeth, Naked Society a opté pour une soirée metal en compagnie de groupes français que l’on apprécie. Afin de faire la fête, Blender Production a donc réuni, au Glazart, Beyond Chronicles, Order of 315, Tankrust et Yorblind.

1affiche yorblind glazart

Il est un peu moins de 19h quand Beyond Chronicles investit la scène dans une salle bien remplie. Leur death mélodique avait déjà séduit lors de leur passage au Gambetta en mars dernier. D’ailleurs, les morceaux joués, ce soir, seront familiers puisque l’on retrouvera des titres extraits de leur excellent EP Shatter. Tandis que les plans les plus aériens du combo font déjà remuer les têtes, le chanteur, visiblement en forme, n’hésitera pas à se balader aux quatre coins de la scène. Usant de ses deux micros, il fera aussi participer les fans du premier rang. Aux cotés de titres forts comme « Bereavement » ou « Where I Belong », le groupe proposera un nouveau morceau, intitulé « Human Nation », tout aussi efficace. Ce sera l’instant du premier wall of death de la soirée. Pendant que la foule s’écarte et forme un couloir, le frontman ira jusqu’au fond de la salle pour lancer, en hurlant agenouillé au sol, ce mur de la mort. La mêlée fut réussie ! « Born to Die » et « No Rising Sun » clôtureront cette prestation très plaisante et le chanteur se joindra, une ultime fois, à la fosse conquise.

Order of 315 prendra la relève devant une fosse qui semble s’être quelque peu vidée. Si le son n’était pas au top depuis le début, il ne jouera pas non plus en leur faveur. Il faudra ajouter que, pour Naked Society, ce sera une première avec ce groupe. Le quatuor présentera son nouvel album AntiPi. Avec huit cordes, le son du guitariste sera gras et lourd. De la même manière, le jeu du bassiste sera puissant et enverra un certain groove. Moins familier de leur musique, on n’accrochera un peu moins mais on ne s’ennuiera pas non plus. À l’évidence, les musiciens sont doués et proposent un metal aux influences variées. Les solos pleuvent et le bassiste, dont la chemise ouverte dévoile le torse, utilisera toute la longueur de son manche. Leur set marquera réellement le début de la fête puisque le chanteur de Tankrust viendra partager la scène. À voir son attitude, il aura de l’énergie à revendre pour ce soir…

Aux alentours de 20h30, Tankrust débarque enfin sur les planches. Cette date est leur release party, c’est-à-dire un temps de fête pendant lequel le groupe défendra sa nouvelle offrande The Fast of Solace. « DMZ » ouvre le bal avec puissance. Stimulée par la boisson bleue, le charismatique chanteur ne cessera de titiller ses musiciens et fera monter la pression progressivement. Leur concert démontrera la solidarité qu’il existe au sein de la scène metal française. Mike de Yorblind s’improvisera troisième guitariste pour le guerrier « Barbarians », Martin de Order of 315 poussera la chansonnette sur « Grow Some Balls » et Charles (Beyond Chronicles) partagera le micro lors d’ « Autonomy ». Sans aucun doute, des titres se dégagent de leur nouvel album. Ainsi, « Apollo is Dead » confirmera son efficacité en live et le très sombre « Cleaver » alourdira l’atmosphère pendant quelques minutes. Dans la fosse, les fans s’agitent et se rentrent dedans. À la demande du frontman, le bordel se crée petit à petit. Avant le rappel, l’assemblée vaincra sa timidité pour un stage diving de masse inauguré par l’ancien batteur de la formation. Un grand moment ! Tankrust nous terminera par le magnifique « Dead Pools ».En somme, le groupe avait convaincu au Gibus et récidive. On regrettera simplement l’absence de « Bushido » dans la setlist. Bref, plus qu’un concert, ce fut une fête entre copains !

Après tant d’émotions, la soirée aurait pu se terminer là. Pour notre plus grand plaisir, Yorblind endossait le rôle de la tête d’affiche. Pour l’occasion, ils présenteront leur nouveau batteur Stéphane, qui, selon Rash Roberts (chant), est « très mignon et très gentil ». Les titres de leur dernier album Blind…But Alive sont toujours aussi agréables à écouter en concert. Comme d’habitude, les guitaristes font la paire. L’un, bien agité et sourire aux lèvres, appuie des riffs faisant remuer les cervicales tandis que son acolyte étale sa technique à l’occasion de quelques solos. Avec un chant puissant, le hurleur y met aussi du sien. Le groupe est content d’être là mais il manquera d’ambiance, dans la fosse, pour véritablement faire trembler le Glazart. D’ailleurs, une petite partie du public semble avoir déserté. Néanmoins, on aura apprécié des titres comme « The Scapegoat », dotés d’une belle profondeur et agissant comme de réels rouleaux compresseurs. Obligée de rendre la salle, la formation sera malheureusement contrainte d’écourter sa prestation. Il est à peine 22h20 quand les lumières se rallument pour une dernière fois. Dommage !

Cette soirée fut donc agréable. Placée sous le signe de la fête, elle n’aura pas fait regretter notre choix de se rendre au Glazart. En plus, comme l’avait prédit le chanteur de Beyond Chronicles, la France s’est faite laminée au rugby. Merci donc à l’organisation, à Lykh’Arts pour les photos, aux groupes réunis ce soir et aux gens venus soutenir la scène française !

Par Simon.

Visuels : © Lykh’Arts / Toutes ses photos sont à découvrir ici !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s