The Arrs au Divan du Monde – 07/11/2015

Le 7 novembre, le Divan du Monde était réquisitionné pour une soirée metal français. Pendant quelques heures, The Butcher’s Rodeo, Smash Hit Combo et The Arrs se sont chargés de retourner la salle de la rue des Martyrs. À voir la foule réunie avant l’ouverture des portes, la date était attendue…

affiche the arrs divan du monde

Il est un peu plus de 19h lorsque l’on s’engouffre dans ce lieu déjà bien rempli. On ratera le début du set de The Butcher’s Rodeo et notre photographe ne sera pas là à temps pour immortaliser la prestation épique. Bien que le hobocore de la formation ne soit pas véritablement à notre goût, on admettra que la musique proposée prend une autre tournure en live. Déjà aperçu lors des concerts d’Aqme, on savait de quoi Vince (chant) était capable pour foutre le bordel. Stimulés par la liqueur à base de plantes, les cinq musiciens sont déchaînés et s’éclatent « en famille ». À moitié à poil, le batteur tape fort sur ses futs et fera le guignol derrière son instrument. Le public, qui ne mettra pas longtemps à s’ambiancer, s’élancera dans les pogos et autres « bagarres » métalliques lors des premiers breaks. Pour plus de bordel, la dernière chanson sera l’occasion de mettre tout le monde d’accord. La batterie est descendue dans le pit, les photographes sont montés sur scène et les fans ruineront le plancher lors d’un circle pit frénétique autour du groupe. Grandiose !

Après tant d’émotions, c’est au tour de Smash Hit Combo de mettre le feu. Rescapés de la vague rap metal, les musiciens développent un imaginaire qui reflète l’importance de la « culture geek » pour de nombreuses générations. C’est bien fait et ils appliquent une recette qui fonctionne, tant sur scène qu’en studio. Fort d’une tournée en Russie et de leur nouvel album Playmore, ils attaquent le set avec « In Game ». Tout de suite, c’est l’envie de sauter et de bouger qui se fait ressentir. D’ailleurs, les fans ne tarderont pas à faire trembler, une nouvelle fois, la salle. L’ambiance est à présent chaleureuse et cela se ressent immédiatement. Alors que les huit cordes assènent des breaks puissants et ultra efficaces, les deux rappeurs envoient leurs punchlines de « pe-ra 16 bits ». Entre deux cris gutturaux, les frontman n’hésiteront pas à plonger dans la foule et à se faire porter par le public. La communion est là et il s’agit de faire la fête. Extrait de No Life, les premières notes de « Generation Test » calmeront un peu le jeu avant qu’un premier wall of death ne se lance. Lors du classique « Hardcore Gamer », deux cosplayeuses déguisées en Cammy et Cammy Bison (personnages issus de Street Fighter) feront leur apparition et se déhancheront au rythme des riffs énervés du groupe. Avec un bassiste headbanguant sur le bar du Divan, l’ultime et violent « État Second » clôturera, en beauté, ce set intense et réussi.

À l’évidence, The Butcher’s Rodeo et Smash Hit Combo en auront usé plus d’un en ouvrant pour The Arrs. Khrónos est déjà le cinquième album pour les Parisiens. Définir une setlist calibrée pour ravir les nouveaux fans, comme les anciens, était donc une tâche ardue. Pour cette date parisienne, le groupe a logiquement décidé de l’axer sur sa dernière offrande. Si elle est assez réussie pour être agréable en live, cela engendrera un certain manque de diversité pendant cette bonne heure de jeu. Très rentre dedans, « Kombat » débute donc ce set et nous plonge tout de suite dans l’ambiance.  Bien souvent, les concerts du groupe sont placés sous le signe de la guerre. Ce soir, ce sera plus nuancé. Les morceaux sont efficaces et puissants mais, malgré les demandes répétées du frontman, le public restera, en comparaison avec les précédents passage du groupe par la capitale, bien timide lorsqu’il s’agira de faire du stage diving. Néanmoins, quelques fans s’inviteront sur scène et squatteront les micros des guitaristes. Calibrés pour le live, « Du Ciel et de la Terre » et « Mon Épitaphe » ne feront pas baisser le rythme imposé par la formation. Lors de « Ennemis », Nico fera un tour dans le pit pour déverser sa rage. Aux côtés des nouveaux morceaux, The Arrs interprétera quand même des titres issus de …Et la Douleur est la Même (« Passion », « Au Cœur de l’Arène »). Sans aucun doute violents, ces titres ne seront pourtant pas l’occasion, pour les fans, de faire la guerre. Il faudra attendre le rappel, lancé par le chanteur de The Butcher’s Rodeo, pour que la foule transforme cette prestation en véritable show. En envahissant la scène, les plus courageux pogoteront et slameront sur ce nouveau terrain de jeu. « Originel », « L’Âme la plus Noire » et « Du Berceau à la Tombe  » seront des titres forts qui constitueront le rappel. The Arrs finira donc sur une bonne note et laissera une salle dont la température avoisine celle d’une fournaise. Néanmoins, il manquera d’un petit quelque chose pour que cette date reste véritablement gravée dans les mémoires.

En somme, la soirée fut agitée, chaleureuse et très réussie. Tant chez les musiciens que dans le public, l’envie de s’amuser et de faire la fête régnait. Aussi, on restera marqué la prestation de The Butcher’s Rodeo. Il est à présent temps de remercier Blender Production, l’organisation, les groupes et le public venu remplir ce Divan du Monde.

Par Simon.
Photos : St-Cyr.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s