ArtWeg – Drunk N High

Après Should We Get Violent (2012), ArtWeg revient en cette fin d’année avec un second album intitulé Drunk N High. Depuis 2007, les cinq musiciens franciliens officient dans un registre « Artcore », néologisme métallique qui pourrait se définir comme un mélange de metal, de hardcore et de punk.

artweg - drunk n high

 

Dès la première écoute de ce disque, on comprend aisément pourquoi, un soir d’avril, Naked Society, avait pris cher en les voyant fouler les planches du Petit Bain. Après avoir couvert plusieurs de leurs concerts, c’est avec plaisir que l’on se retrouve à écrire quelques lignes sur cette nouvelle galette. Le groupe a de l’énergie à revendre et cela se ressent, sans aucun doute, en écoutant ce Drunk N High

« Human Bomb » ouvre l’album de manière « explosive ». Les titres s’enchainent avec une belle cohérence et, dès le second morceau « Tears From the Sky », c’est l’impression que ces musiciens ne sont pas prêts de ralentir la cadence qui gagne. Il s’agit alors de mixer la puissance du metal à des parties tirant plus vers le punk ou le hardcore. Lorsque le colosse Mugen éructe ses paroles en anglais sur fond de riffs puissants, lourds, et parfois frénétiques, l’envie de remuer la nuque devient inévitable. Le duo avec son acolyte, préférant le français pour s’exprimer, fonctionne parfaitement et le tout dégage une hargne et une colère certaine. Parmi les douze titres proposés, « Never Again », « Drunk N High » ou encore « Under the Pressure » sont, grâce à leurs rythmes effrénés et leurs breaks, dotés d’une efficacité redoutable. Si ArtWeg s’attache à ne pas faire de concession, le groupe varie néanmoins les plaisirs. Ainsi, certains titres sont enrichis avec des lignes mélodiques bien trouvées (« Thanks for Nothing »). Avec pour effet d’aérer l’ensemble et de le rendre plus digeste, une instrumentale emmenée par un tapping de basse offre un bref moment de répit (« Evolution »). Enfin, tout en gardant puissance et colère à l’esprit, « United for the Earth » clôt lentement cet album de manière mélodique et intense.

En somme, il est difficile de coller une étiquette à ce Drunk N High et au style pratiqué par ArtWeg. Le mélange des genres semble réussi et  apparaît aussi efficace en studio que sur scène. Il reste maintenant à voir comment le groupe évoluera et comment ils feront pour proposer, par la suite, quelque chose d’encore plus original.

Par Simon.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s