[Live report] Mortis Mutilati au Cirque Electrique – 16/01/2016

Ce samedi 16 janvier, l’association Ondes Noires célébrait, une nouvelle fois, le black metal. La petite salle du Cirque Électrique était réquisitionnée et réceptionnait quatre formations françaises : Hecate, P.H.T.O, Verlies et Mortis Mutilati.

affiche concert mortis mutilati

Malheureusement, on ratera le début de la soirée et une partie du set d’Hecate. Originaire de Tours, cette formation n’était pas montée à la capitale depuis plusieurs années. La salle est déjà bien remplie et le public réceptionne les premiers riffs de black metal de la soirée. Alors que certaines mélodies parviennent à accrocher le public, les nombreuses accélérations de rythme laissent une large place à la violence. En véritable transe, Veines Noires (chant) se mettra de nombreuses fois à terre pour vomir ses textes. Dans le public, il semblera que l’alcool ait fait des siennes. Un joyeux luron imbibé s’improvisera hurleur et s’invitera sur scène… Reflétant des influences plus heavy, le dernier titre semblera se démarquer de l’ensemble de la setlist tandis que la formation aura fait monter la chaleur d’un cran.

Percevoir les Horribles Tristesses Obscures. P.H.T.O prendra la relève et délivrera un métal noir atmosphérique et mélancolique. Après quelques minutes, on se rendra vite compte que l’art proposé par le combo se veut plus lourd et torturé. À l’évidence, les deux voix hurlées renforcent l’impact du black metal interprété par le quatuor. À l’image du morceau « Affliction », les lignes de basse envouûent l’auditeur à travers des mélodies lancinantes et permettent de voyager aisément durant les longs morceaux que délivre le groupe. Tout au long d’une bonne prestation, P.H.T.O défendra son album Affliction et imposera son ambiance à une assemblée qui, sans aucun doute, aura apprécié.

Il est à peu plus de 21h30. C’est à présent au tour des Lillois de Verlies de fouler les planches du Cirque Électrique. Vêtus d’une tenue blanche noircie, les musiciens connaîtront quelques déboires techniques en début de prestation. Par conséquent, la sauce mettra quelques morceaux à véritablement monter mais, une fois lancé sur de bons rails, force est d’avouer que les titres extraits de leur offrande Le Domaine des Hommes sont efficaces. Les mélodies accrochent. Les passages calmes et travaillés contrastent avec les riffs acérés sur lesquels une voix écorchée est posée. D’ailleurs, celle-ci bénéficiera d’une belle profondeur et d’une puissance certaine. Bien assumées, les voix claires apporteront, quant à elles, une dimension supplémentaire à ce registre sombre. Après deux groupes dégageant tant de violence, la prestation de Verlies sera perçue, pour notre part, comme une belle bouffée d’air frais.

Des chandeliers sont installés sur les amplis, un rat pend sur le porte micro, le décor de Mortis Mutilati est ainsi planté… Après une courte introduction durant laquelle on peut entendre les cris d’une femme, les riffs de « Way to End your Useless Life (Part II) » démarrent. Immédiatement, l’auditeur est happé par la musique de la formation francilienne. La mise en scène est calibrée, l’allure des interprètes et, en particulier, celle de Macabre sont spectaculaires et morbides, tandis que la puissance est au rendez vous. À l’instar de celles de « Nameless Here for Evermore », certaines parties interprétées en arpège saisissent et permettent aux âmes de errer. À entendre les réactions de la salle, le groupe réussira son concert. Ils offriront même un nouveau morceau. Après une bonne demi heure de funeral black metal, le concert se finira sur une note plus « légère ». Comme ci tout ceci n’était que spectacle, Mortis Mutilati, accompagné de N., le chanteur de Verlies, reprendra le très punk et sale « Beat it you Scum » de GG Allin. La scène se transformera alors en joyeux bordel.

En somme, malgré le registre métallique pratiqué par les formations, la soirée fut chaleureuse. Le public a répondu présent et les quatre formations ont, chacune à leur manière, proposé quelque chose d’intéressant. On retiendra particulièrement, pour la puissance dégagée, les deux dernières : Verlies et Mortis Mutilati. Il est à présent temps de remercier Ondes Noires, le Cirque Électrique, les groupes réunis et le public venu nombreux assister à ce concert annonçant les basses températures d’hiver.

Par Simon.
Photos : Mouskito.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s