[Live report] Tankrust au Gibus – 24/01/2016

En ce dimanche soir, c’est encore une fois au Gibus Café que Naked Society s’est rendu pour une nouvelle soirée métal. Dans cette petite salle de la rue Saint-Maur, Almost Famous avait réuni Tankrust, Pleasure to Kill et Sound of Memories.

affiche concert tankrust janvier

Il est environ 20h15 lorsque, pour la première fois, une musique d’introduction retentit. Tout à coup, elle s’arrête et Sound of Memories ouvre ce bal métallique par « Momentum ». La voix se voudra tout de suite caverneuse et, globalement, le son du combo sera marqué par une puissance certaine. Aussi, les lignes de basse se distingueront assez bien lors des passages plus mélodiques. Peu de monde aura pris la peine de se déplacer en ce début de soirée. Pourtant, quelques parties de headbangue naîtront rapidement et le groupe ne se ménagera pas. Malgré le peu d’espace sur scène, le bassiste n’hésitera pas à sauter sur place ou à brandir en l’air son instrument. Dans un registre death mélodique, les excellents titres « Eulogy » ou « The Vulture’s Pride » permettront à la formation parisienne de défendre sa dernière production To Deliverance. Néanmoins, le quintet nous ramènera aussi quelques années en arrière avec des chansons extraites de l’EP Living Circles. D’’ailleurs, avant « Purify your Soul », l’un des deux guitaristes s’essaiera à l’art du solo. Sans être véritablement exceptionnel, l’instant fut tout de même agréable et a permis d’aérer quelque peu la prestation. À l’évidence, les musiciens de Sound of Memories sont bons et ils le prouvent régulièrement durant les phases plus mélodiques et lors des soli qui enrichissent les compositions. Après environ quarante minutes de jeu, le quintet cédera sa place. On ne pourra que regretter le manque de curieux venu ce soir…

Le nom de la formation suivante rappellera inévitablement le titre du second album de Kreator, sorti en 1986. « On s’appelle Pleasure to Kill et on fait du thrash » annoncera ainsi le chanteur bassiste avant d’envoyer un riff typique du genre. Le trio vomira donc sa colère dans la langue de Molière et défendra son album Sédition avec des titres comme « Carcan Médiatique » et « Cendres et Poussières ». La puissance est là, la rapidité aussi, mais on sera moins friand de la musique proposée par ce groupe venu d’Orléans. Néanmoins, durant leur set, la salle se sera progressivement remplie et la foule, elle, sera plus réceptive. Force est d’avouer que le groupe aura aussi marqué par sa sympathie et sa bonne  humeur !

Il est 22h. C’est au tour de Tankrust de s’installer. Dans la fosse, les corps ont à présent été bien chauffés par les groupes précédents. La formation francilienne axera logiquement son set sur son premier et très réussi album The Fast of Solace. « DMZ » entamera donc les hostilités de manière agressive. Immédiatement, il se produit un contraste entre l’allure des musiciens, concentrés et statiques, et celle du frontman, visiblement très chaud et en perpétuel mouvement. D’ailleurs, ce dernier, lorsqu’il n’est pas à terre pour aduler son guitariste durant les soli, ne cessera de venir titiller ses acolytes. « Barbarians », l’un des titres les plus forts du combo, marquera les premières ébauches de pogo mais, pour ma part, l’impression que cette chanson pourrait arriver plus tardivement gagnera. La guerre débutera véritablement au moment de « Grow Some Balls ». Trop à l’étroit sur la petite scène du Gibus, le chanteur descendra de son estrade, se dépensera dans le pit et ira jusqu’à l’entrée de la salle pour hurler ses textes. Incontestablement, l’ambiance est chaleureuse mais c’est sans compter sur « Cleaver » pour alourdir et assombrir l’atmosphère. Durant ce set, le temps passe vite, très vite. En guise d’ultime titre, le magnifique « Dead Pool » sera réclamé et viendra clôturer, d’une belle manière, cette soirée. Pour plus de communion, le micro sera alors laissé quelques instants aux connaisseurs du morceau…Tankrust aura donc bien défendu sa dernière galette et aura, surtout, confirmé ses capacités sur scène !

En somme, cette nouvelle soirée au Gibus fut très agréable. Merci donc à Almost Famous, aux trois groupes réunis et au public venu soutenir la scène métal française.

Par Simon.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s